Social Watch news

Roma en Hongrie. (Photo : HCDH).

La Hongrie s'est retournée contre les idéaux démocratiques du monde et sa réputation internationale, son intégrité et sa crédibilité sont à leur point le plus bas. Les libertés civiles sont limitées et elle se dirige vers la récession économique. La vie politique est caractérisée par une polarisation idéologique dangereux et la majorité de la société se bat contre les relations injustes et inégales, sans même l'espoir de la solidarité mutuelle. Le 30 novembre 2011, le gouvernement a adopté une stratégie nationale d'inclusion sociale à dix ans accompagnée d'un plan d'action à court terme pour la période 2012-2014, mais malgré ses objectifs louables, très peu a été accompli jusqu'ici.

Panel co-présidents Yudhoyono,
Cameron et Sirleaf. (Photo : NU)

(Montevideo, le 31 mai 2013) Social Watch, un réseau d'organisations de la société civile dans plus de 80 pays qui surveillent la conformité des gouvernements avec les engagements internationaux, a exprimé sa profonde déception à l'égard des suggestions de nouveaux objectifs de développement pour remplacer les OMD proposés aujourd'hui aux Nations Unies par un groupe de haut niveau.

Le document est intitulé « Un nouveau partenariat mondial » et le groupe indique, lors de son élaboration, que « nous avons entendu des voix (...) de plus de 5 000 organisations de la société civile qui travaillent dans environ 120 pays » et « nous avons également consulté les chefs de direction de 250 entreprises dans 30 pays, avec des revenus annuels de plus de
$ 8 000 000 000 000 ».

Gal-Mudug, Somalie. (Photo : IRIN)

Il est fort improbable que la Somalie atteigne l'un des OMD d'ici à 2015, malgré le Programme de développement et reconstruction -en faveur des pauvres- et le soutien de la communauté internationale. Près de 66 % de la population vit dans l'extrême pauvreté, dont un tiers est touchée par la pire famine depuis 60 ans, le conflit armé se poursuit dans de nombreuses régions du pays et le système d'aide internationale n'est pas capable de répondre aux besoins base : 3,8 millions de personnes ont encore besoin d'aide d'urgence. Avec l'élection d'un président réformiste à la fin de 2012, le pays sera-t-il en mesure de surmonter ces défis et d'améliorer la vie des gens ?

La Somalie a participé à l'élaboration de la Déclaration du Millénaire de 2000 pendant le Gouvernement national de transition, le premier après la guerre civile. La formation des institutions fédérales de transition en 2004 a été considérée comme une occasion unique de parvenir à la paix et à la sécurité, de promouvoir la bonne gouvernance et la primauté du droit, de démarrer le redressement, la reconstruction et de développement socioéconomique durable, et d'atteindre les OMD.

(Photo : Social Watch Afghanistan)

En septembre 2000, l'Afghanistan n'a pas pu participer à la formulation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en raison du conflit armé, et il n'a approuvé la Déclaration du Millénaire et les OMD qu'en mars 2004. Cependant, après deux décennies de guerre, le calendrier a dû être modifié. Le reste de la communauté internationale a défini qu'ils doivent être atteints d'ici à 2015, avec une ligne de base en 1990, tandis que l'Afghanistan les a fixés pour 2020, avec une ligne de base en 2002-2005. Malgré la pauvreté extrême, la faim et les maladies, les Afghans indiquent que l'insécurité est leur plus gros problème, de sorte que le gouvernement a ajouté ce nouvel objectif.

La Constitution afghane a adopté le droit à l'éducation gratuite pour tous les citoyens dans les institutions de l'Etat jusqu'à l'obtention d'un degré. Le nombre d'étudiants inscrits a augmenté huit fois au cours des neuf dernières années, passant de moins d'un million en 2001 à plus de 7,3 millions en 2010. Plus de 12'500 établissements d'enseignement général et islamiques travaillent à travers le pays, et plus de 200'000 nouveaux postes d'enseignants et de soutien ont été créés afin de répondre à l'inscription des nouveaux élèves.

 Séminaire. (Photo : Espace
 Associatif)

Dans le cadre de son implication dans le processus international de concertation sur le nouveau cadre post 2015, l’Espace Associatif – Maroc a organisé courant le mois de mai 2013 deux consultations régionales avec la participation des organisations de la société civile issues du monde rural et urbain œuvrant dans le développement local, les droits de l’homme et de la femme, des personnes en situation d’handicap, l’environnement, le développement durable, les retraités (troisièmes âge), l’urbanisation, la jeunesse et les chantiers ainsi que des organisations non gouvernementales européennes basées au Maroc et les élus locaux.

Séminaire. (Photo : CARDET).

Le Chypre pourrait être un modèle potentiel pour les pays en développement dans le programme post-OMD pour l'objectif 2 : « Assurer l'éducation primaire pour tous ». La stratégie d'apprentissage continu adoptée établit le lien entre l'éducation permanente et le développement durable, ce qui est également souligné dans la Stratégie nationale de développement durable révisée (2011-2015).

Au cours des dernières années, le Chypre a souligné la valeur de l'apprentissage continu à travers la mise en œuvre de diverses initiatives visant à accroître l'accès aux programmes offerts. Le soutien à la ligue du lait peut être constaté en observant le pourcentage de personnes qui ont participé à l'apprentissage continu et la formation, qui a augmenté de 1,6 % sur une période de six ans, pour atteindre 7,5 % en 2011. Cette amélioration peut être attribuée à la mise en œuvre de la Stratégie d'apprentissage continu de Chypre, 2007-2013.

L'objectif de la stratégie d'apprentissage continu de Chypre est d'appuyer l'éducation formelle, non-formelle et informelle, ainsi que la formation de tous les citoyens comme une contribution essentielle à la réussite individuelle et sa capacité à s'adapter aux changements en cours. À ce moment, la valeur de l'apprentissage continu est impérative, notamment dans l'environnement en évolution rapide que nous vivons tous aujourd'hui.

´Assemblé générale de Social Watch, 2011.
(Photo : Social Watch)

Les donateurs jouent un rôle essentiel dans le projet de plus en plus urgent de renforcer la capacité des mouvements citoyens locaux et mondiaux à participer activement à la conception et la mise en œuvre des normes et instruments internationaux. En particulier, les trois à cinq prochaines années seront un tournant pour les mouvements citoyens des droits de l'homme et la dignité humaine dans le monde entier. Une gamme de processus d'élaboration des normes internationales et les processus d'élaboration des politiques qui détermineront l'avenir des moyens de subsistance, les droits de l'homme, le changement climatique et la démocratie exigeront une surveillance proactive et la participation de groupes de citoyens, de mouvements et de la société civile à tous les niveaux.

L'opinion de la co-présidente du Comité de coordination de Social Watch.

Groupe de haut niveau.
(Photo : SLNG.)

Un groupe d'ONG du Sud, compris de DAWN, ANND et Social Watch, recueillit des signatures pour envoyer cette lettre dans les prochains jours aux membres du Groupe de haut niveau qui conseille l'ONU sur le contenu du futur Programme du développement pour l'après 2015. Pour ajouter votre signature à la lettre, veuillez envoyer un courriel à socwatch@socialwatch.org avec votre nom, votre organisation et votre pays.

La forte croissance économique de l'Inde a permis au gouvernement de mobiliser les ressources nécessaires pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d'ici 2015. Malgré cela, le pays n'a pas atteint la plupart des objectifs et des buts. Les raisons principales sont le manque de financement, la mauvaise gestion et l'ignorance des questions concernant la politique et le gouvernement.

En fin de compte, cependant, le problème est dû à l'absence d'inclusion dans le modèle de développement. Au lieu de permettre aux gens d'atteindre les besoins de base, tels que la nourriture, l'assainissement, l'eau ou la santé, le gouvernement favorise la « croissance non inclusive " et a tenté de fournir des services de base via des subventions avec les problèmes y associés d'inefficacité et de corruption.

Manifestations.
(Photo : Ahlulbayt News Agency)

En 2012, les autorités de Bahreïn ont montré peu ou pas de volonté de s'engager avec l'opposition et la société civile afin de trouver une solution juste et durable aux problèmes socio-politiques et socio-économiques auxquels le pays fait face. Au contraire, elles ont intensifié la répression des aspirations démocratiques exprimées. En ignorant les demandes répétées de négociations, elles ont détérioré la réputation et le classement dans les indices de développement économique, politique et sociale, mettant en danger la possibilité d'atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d'ici 2015.

L'objectif principal de l'opposition est d'établir une monarchie constitutionnelle à Bahreïn, ainsi que d'éliminer toutes les formes de malversations administratives et financières. Elle demande, en outre, une presse libre, une société civile active, une répartition plus équitable des richesses et la fin de la discrimination religieuse par la minorité sunnite.

Syndicate content