New York, 03 octobre 2013, pour la deuxième fois dans son histoire l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies se penche sur la question des migrations, sept années après l’initiative prise par Koffi ANAN, alors Secrétaire général de cette institution, d’amener le débat multilatéral sur ce sujet préoccupant. En effet il a fallu le courage de ce digne fils de l’Afrique pour que la problématique de la migration soit abordée dans l’hémicycle des Nations Unies, malgré l’hostilité des États Unis et d’autres pays industrialisés. Cette nouvelle réunion de haut niveau tend à faire le point sur le chemin parcouru depuis la première réunion tenue en septembre 2006.

Cette convention historique de l’OIT confère aux travailleurs domestiques les mêmes droits qu’aux autres travailleurs.

La convention (n°189) sur les travailleuses et travailleurs domestiques, 2011de l’Organisation internationale du Travail est entrée en vigueur le 5 septembre 2013, étendant les droits fondamentaux du travail aux travailleurs domestiques dans le monde entier.

La crise économique et financière est aujourd’hui un fait établi, en atteste la forte dégradation en ce début d’année 2013 à la fois du déficit budgétaire qui atteint le niveau record de 7,1% par rapport au Produit intérieur brut (PIB) et de celui de la balance des paiements courants (8% du PIB).

Certes, cette détérioration des équilibres macroéconomiques est liée à des facteurs externes-crise de la zone euro et hausse du dollar-et internes-baisse des recettes fiscales et hausse des charges de compensation. Toutefois, on ne saurait passer sous silence le fait que ces déséquilibres sont aussi le révélateur des limites et des dysfonctionnements du modèle de croissance poursuivi par le Maroc durant les années 2000 , et dont l’actuel gouvernement a maintenu les principaux axes.

La Coalition Social Watch tchèque a lancé le nouveau Rapport Social Watch National qui synthétise le développement en 2012, intitulé République tchèque : Déclin et abandon, et se concentre sur le développement social et l'équité entre les sexes, en particulier dans les domaines de l'économie, la politique familiale et sociale, la minorité Romani et l'environnement.

L'année 2012 n'a pas été une bonne année pour la plupart des habitants de la République Tchèque. Le pays n'a toujours pas atteint le niveau de 2008, et l'écart avec les pays voisins est en croissance. Le gouvernement n'avait pas de programme économique positif et les coupes budgétaires étaient son seul objectif. Un cinquième des travailleurs risquent de tomber dans la pauvreté, en particulier les femmes. L'absence d'une conception efficace de logement social est également un problème.

Syndicate content